Samedi 4 mai : Nord CP3 - Tiaret - Bir Pistor (étape 8/11)


Précédent Suivant Le parcours du jour est en jaune. Cliquer pour agrandir...


Après une nuit réparatrice, on ouvre un œil et... il pleut. Si !!!
Ca ne va pas nous empêcher de finir la boucle El Borma-El Borma. On décolle un peu après 6h30.
La pluie de dure pas, dommage, c'était joli comme tout.

On remonte sans problème jusqu'au camion ensablé, début officiel de la boucle.
On se fait des magnifiques descentes de dunes, on se croirait au ski. J'en ai mesuré une au GPS : Plus de 60 mètres de haut.
Les descentes qu'on fait en 4x4, il est très difficile de les monter à pied tellement c'est en pente.

La boucle El Borma-El Borma est terminée vers 8 heures. On aurait presque envie de s'en faire une deuxième.
Pas vu un seul touriste, un autre autochtone, ni la moindre piste pendant toute la boucle. Ca, c'est le désert.
Les traces du rallye qui est passé 10 jours avant nous ont complètement disparu. Ce n'est pas le rallye qui va abîmer le désert !!!

Bien, on part maintenant à l'est (parcours P1 première partie, à l'envers) pour rejoindre à Tiaret la piste qui descend à la frontière Tunisie-Lybie-Algérie (parcours N3 puis N2).
Un tout petit détail, il va falloir se faire le "passage de la douane", dénommé ainsi car tout le monde s'y arrête, même les meilleurs et les plus expérimentés. Autrement dit, tout le monde s'y plante au moins une fois.
Bah, on verra bien...

Et bien on a vu. Au début, ça a l'air facile, et tout d'un coup, nous voilà tous les deux plantés. Ca n'est pas tellement que les dunes soient grosses, le souci, c'est qu'on ne voit pas vraiment où il est imaginable de passer.
Pour la première -et unique- fois, reconnaissance à pieds. C'est dire si le cas est grave...
Finalement, avec seulement 2 ou 3 plantages, c'est passé !!!
Pour être honnête, je crois qu'on a eu de la chance qu'il pleuve un peu le matin. Avec un sable plus sec...

Et nous voilà à Tiaret un peu avant 15 heures. Ca tombe bien, on va pouvoir faire le plein de gazole. Les 4x4 commençaient à avoir très très soif.
Puis cap sur le sud, direction Bordj el Khadra par la piste.

La piste est très roulante. Je passe à 110 sur une pierre. Le stock de roues de secours dispos diminue donc de 50 %.

Bivouac sur le lac salé de Bir Pistor, à un kilomètre de la frontière libyenne. C'est un gisement de roses des sables, par ici les souvenirs. Et toujours pas un touriste ni un autochtone.


Téléchargement du parcours au format MapSource/Garmin ou en format texte (sous IE, click droit puis "Enregister la cible sous...")

Valid HTML 4.01!